croix_BoisgassonR

Dans l'ancien cimetière, à droite de l'église, une croix et son socle ont fait l'objet d'une inscription à l'Inventaire des Monuments Historiques à la date du 29 octobre 1971.

Voie Romaine :

Une ancienne voie romaine dite Chemin de César traversait cette contrée.

Les Seigneurs de la Ferté-Couverte-de-Fer

13.., Jehan 1er de Vendôme.
1385, JehanII de Vendôme, fils de Jehan 1er.
14.., Margherite de Rochefort, veuve de Jehan II de Vendôme.
1439, Martin de Vendôme, fils de Marguerite de Rochefort.
1446, Jehanne de Vendôme, fille de Marguerite de Rochefort.
1464, Philippe de Vendôme, fils de Jehanne de Vendôme.
1499, Ysabeau de Vendôme, fille ainée de Philippe de Vendôme.
15.., Louis du Bellay, seigneur de Langey.
15.., Jacques 1er Des Personnes.
1554, Jacques II des Personnes, fils de Jacques 1er.
1574, Louis Des Personnes, fils de Jacques II Des Personnes.
...., René d »Allonville, mari de Marguerite, fille de Louis II des Personnes.
1624, Anne De Renty, mari d'une fille de René d'Allonville.
...., Jacques d'Allonville, fils de René d »Allonville.
...., François d'Allonville, fils de Jacques d'Allonville.
...., Elisabeth et Geneviève de Bellrzaize, petites filles de François d'Allonville.
16.., Guikkaume François de l'Hospital.
1689, Claude Sévin.
1703, César de Renty.
1709, Pierre de la Hogue.
1717-1790, Claude, Pierre-Marie, et Claude-Philibert Thiroux.

La Ferté-Couverte-de-Fer

La Ferté-de-Fer, ou encore la Ferté-couverte-de-fer, est le nom donné à une ancienne seigneurie ayant justice haute, moyenne et basse, et située sur le territoire de la commune de Boisgasson.
Il existait là, au Moyen-âge, une forteresse, comme l'indique l'appellation sous laquelle on la désignait alors : « Firmitas Ferrea ». On a découvert, à la surface du sol, quelques hachettes polies en silex et en diorite, ce qui indique que le lieu de la Ferté a du être habité dès l'époque la plus reculée de notre histoire. Un peulvan connu sous le nom de la Bécasse, situé à la Ferté-Couverte-de-Fer, à 200 mètres de la voie romaine, et qui a été détruit vers 1895. Ce peulvan avait la forme d'un œuf ; sa hauteur au-dessus du sol était de 2 m 10 ; il avait à sa base 5m 90 de circonférence. La partie enfouie dans le sol égalait la partie visible. Un beau menhir, en partie caché par les épines et les ronces pouvait être vu avant sa destruction. Ce menhir mesurait environ un mètre et demi de hauteur sur une largeur égale, et une épaisseur moindre.
A partir de 1382, c'est la dénomination de Firmitas Ferrea, qui lui est exclusivement appliquée.
La forteresse de la ferté-de-Fer passe pour avoir été détruite par les Anglais au cours du XVème ou du XVIème siècle. La tradition rapporte que, pour s'en emparer, les assaillants avaient établi leur camp dans un endroit appelé La Motte, où pendant longtemps se virent des traces de retranchements ‘découverte de débris d'armes et d'armures aux abords du champtier de ce nom). La tradition veut que le seigneur de la Ferté, se voyant serré de très près par ses ennemis, et sur le point de succomber, il aurait enfoui ses richesses très profondément.
D'après ce qu'il se racontait à Boisgasson, les vases sacrés et ornements de l'église paroissiale auraient été également cachés, en 1793, dans les souterrains de l'ancienne forteresse. Après la destruction du château-fort, on éleva sur son emplacement une maison seigneuriale pour servir de résidence aux propriétaires. C'est ce manoir, qui tombait de vétusté, fut rasé par Pierre-Marie Thioux, seigneur de Villemesle et de la Ferté, au cours du XVIIIème siècle.

Quelques photos de Boisgasson

Nous contacter
1000 caractères restants