Château de Thierville Privé RProche de la vallée de l'Aigre, intégré à la commune de Charray, le château de Thierville apporte un cachet supplémentaire à une région fort agréable. CHATEAU PRIVE

Au 9ème et 10ème siècle, il fallait se défendre et des tours de pierre étaient construites à cet effet. Thierville (Terravilla) a probablement eu la sienne dans la cour de l'ancienne Villa. Démolie, ses pierres ont vraisemblablement été utilisées pour construire le pigeonnier actuel.
En 1241, un parchemin, premier document écrit, citait Terravilla comme dépendant de l'Abbaye Saint Florentin de Bonneval. Puis c'est la
charray_chateau_de_thiervilleRfameuse guerre de cent ans 1337-1453. Thierville fût surement protégée par un château-fort ayant laissé pour traces les tours actuelles qui flanquent le bâtiment central. Celles-ci, dont trois de cette époque (14ème siècle), ont gardé leur aspect guerrier, mais c'est la tour sud-ouest la plus caractéristique avec ses meurtrières pour recevoir des couleuvrines (ancêtres des canons). La quatrième semble plus récente, 18ème siècle, peut-être par gout de la symétrie.

14ème au 16ème siècle : en 1371, c'est la famille Des Personnes qui entre au château avec Guillaume, suivi de jean et de Pierre 1er. Vraisemblablement des chefs de guerre car c'est la période des combats entre les Seigneurs et les Anglais qui sillonnent toujours le pays.
Le suivant, Pierre II, époux de Jeanne Du Puy, travaille à Châteaudun au service du Cardinal Jean d'Orléans qui, très riche, participe à la modernisation du château de Thierville. Il fait construire une chapelle qui existe toujours. La fenêtre est gothique, et la porte renaissance. Le château fort devient maison de plaisance.
La famille Des Personnes est nombreuse : voici Claude, puis Jean, ils laissent peu de traces. Une de leurs deux sœurs, Marguerite, épousa en 1517, Jean de Prunelé dont la famille est bien connue dans la région dunoise. Ne voulant pas énumérer tous les noms des différentes familles, je vais porter à votre connaissance celles qui influencèrent

Thierville.
Claude Des Personnes, morte jeune, avait épousé Jean de Menou en 1551. La famille de Gaignon, dont François avait épousé Marie de Menou est citée en 1581. Cette famille était en parenté avec le célèbre poète Ronsard qui se plaisait dans la région.
Vers 1625/1640, arrive le seigneur de Bonsergent. Avril 1660, la famille Courtin s'installe et possède le domaine jusqu'en 1720. Dans la généalogie de cette famille, le nom d'Estampes est plusieurs fois cité. Suit le seigneur Alexandre de Laage qui a épousé Anne Courtin en 1705. Ce couple modifie totalement l'ancien château fort qui devient méconnaissable.
Après démolition, la façade Est est remplacée par celle qui, bien dessinée, existe actuellement. Le toit, supprimé est rehaussé. Beaucoup de fenêtres sont remplacées et ornées, d'autres sont conservées. Terrasses et jardins sont aménagés. A cette époque, ce domaine est très important. Le pigeonnier a 1900 cases. 1 case correspondait à 1 arpent de terre, soit 43 ares. Sa justice est très étendue. Alexandre de Laage meurt à environ 70 ans.

Son fils Alexandre II hérite de Thierville. Il semble avoir continué les travaux extérieurs. Pour l'intérieur, le grand salon, la cheminée, les chambres et autres modifications, dont les décorations, pourraient être son œuvre et aussi celle de son successeur.
Le vandalisme recommence, Alexandre de Laage se fatigue et à 60 ans passés, il vend en parcelles le domaine au mois de juillet 1873. Le château est adjugé 55200 livres, le tout rapporte 158000 livres. L'acquéreur était Jean Jacques de Loyne d'Auteroche ; militaire, il quitta l'armée en 1789, et venait peu à Thierville où il mourut en 1807. Sa veuve, madame des Marais, conserve le domaine, loue les terres et fait quelques legs à la commune de Charray. Après sa mort, son fils Jean lui succède en 1845. Il confie le château à ses deux fils Godefroy et Paul.
Très jeunes, ils se lancent dans une grande rénovation de celui-ci. La façade Ouest subit de gros travaux. A l'intérieur, le salon actuel est créé, les murs sont décorés. Ils aménagent des chambres au premier étage et installent le chauffage central à air chaud. Les modifications sont nombreuses et leur père voit la facture s'élever. Lui et sa femme meurent en 1848.

Dans la succession, un legs de 10000 francs est accordé à la commune de Charray pour faire une maison d'éducation des pauvres. Cependant, une tournure de phrase dans le texte crée une situation qui se termine au tribunal de Châteaudun, et c'est trente trois ans plus tard que la somme sera versée à qui de droit.
Godefroy, héritier en 1849, était compréhensif ; il fut nommé Maire de Charray en 1852. Il se maria puis divorça (fait très rare à l'époque), et aussitôt il vendit Thierville à un cultivateur de la région pour la somme de 290000 francs.
L'acheteur, Pierre Vrain Roger n'était pas noble. Né à Lutz, marié à Caroline Saillard, il élevait des moutons et était très actif. Il fut Maire de Charray en septembre 1870, puis 1873 et 1878. Il fit démolir le bâtiment en L et construire un contrefort. Lui, ou peut-être son fils, apportèrent le confort moderne à la maison, en installant le chauffage central à eau chaude, l'électricité avec une éolienne, l'eau courante. L'intérieur fut transformé, le parc remodelé, de style romantique. De grandes allées sont bordées d'arbres. Un étang avec ile est implanté. Pierre Vrain Roger meurt en sa maison le 8 mai 1894 à 68 ans.

Sa veuve vit avec son fils Romain très dépensier. Avec sa femme, Mathilde Duru, il vend le domaine par morceaux, dont la ferme d'époque Mérovingienne, et en 1925, c'est le château qui lui échappe. Il ne reste que 18 hectares pour 800 jadis.
L'acheteur, Alexandre Bois, marchand de biens, ravale la façade, vend tous les beaux arbres du parc, pour, en 1929, revendre le tout à Félix Beaudoin qui s'en dessaisit en 1932 au profit d'Henry Geoffroy, époux de Madeleine Marcille pour 350000 francs.
C'est ensuite 1940, la défaite, les allemands occupent la maison. Madame Geoffroy, veuve (son mari est décédé le 2 avril 1941) est dans ses murs. De temps en temps, quand elle le pouvait, elle revolait aux allemands ses couverts en argent. Elle vécut seule au château jusqu'à son décès le 31 juillet 1966 à 88 ans. Sa fille Yvonne Geoffroy hérita d'un domaine en très mauvais état. Fuites d'eau à la toiture, plafonds qui tombent etc.... que faire : le réparer, le détruire, le donner ?
Finalement, Emile Fromy, gendre de Mme Geoffroy, accepta la lourde charge des réparations. Né le 12 juin 1898 à Paris, il était issu d'une famille de marins, corsaires et banquiers bretons. Professeur dans une école d'ingénieurs, il était auteur d'ouvrages scientifiques.
Il fut à l'origine de la renaissance de Thierville et c'est pendant la durée des travaux qu'il effectua, que des fenêtres furent mises à jour sur la façade Sud en 1980. Celles-ci, avec lancettes (accolades horizontales), sont du 15ème siècle. Des portes intérieures d'époques différentes furent aussi découvertes.

 

Château-fort :

A la sortie de Charray vers Blois par la D924, où s'élève une ferme, un château-fort a aussi existé. Il reste quelques éléments constitutifs de sa construction.

Relations Seigneurs - Meuniers :

Le seigneur de La Ferté-Villeneuil devient propriétaire de la rivière de l'Aigre depuis la Ferté jusqu'au territoire de Romilly. En 1630, la seigneurie de la Ferté fut acquise par les seigneurs de Romilly, ceux-ci devenant maîtres de la rivière jusqu'à Bouche d'Aigre.
Le propriétaire du moulin d'Haton demanda en 1762, pour le moulin et ses terres, 30 livres chaque année et 3 quarterons d'écrevisses.
Le meunier du moulin de Saint Laurent donnant 18 canards et 2000 écrevisses, celui du moulin rouge un brochet de 4 livres et 500 écrevisses.
Le droit de justice (litige en 1633 entre le seigneur de Thierville de Charray, propriétaire des moulins de Seguin et de Pauvresac et le seigneur de Romilly).

Autres servitudes :
A Charray : obligation de fournir un lavoir pour les grandes lessives de printemps, ceci pour environ 12 laveuses.

CE CHATEAU EST PRIVE ET NE SE VISITE PAS.

PLUS D'INFORMATIONS SUR CHARRAY

Nous contacter
1000 caractères restants